CIDADES 2018-2019

Concours Résumé Objectifs Equipe de Recherche Resultats


C’est un lieu commun au sein de la communauté scientifique d’affirmer qu’une recherche comparative à large échelle sur les petites villes est vouée à un succès relatif – voire à l’échec –, du fait de l’impossibilité d’une définition consensuelle de l’objet d’étude (cf. ci-après Historiographie de la question). Malgré cela, nous nous hasardons à soumettre un projet sur ce thème, visant à établir des parallèles sur un vaste horizon chronologique et territorial, tout en portant évidemment l’analyse sur des points d’observation sélectionnés. Ce pari à contre-courant s’appuie sur une prémisse : nous considérons que l’étude des « petites villes » n’a pas à se fonder sur une définition préalable qui précède la recherche, mais plutôt partir de la conjugaison de catégories d’indicateurs de centralité qui soient comparables en différents lieux et époques. L’adoption de ce principe transfère à la méthodologie à utiliser le garant de la cohérence et l’hypothèse de la comparabilité, en éliminant la tyrannie des critères de l’étendue physique et du poids démographique d’une unité urbaine. Bien sûr, ces facteurs sont encore en vigueur, même nuancés, étant donné que sont exclues d’emblée les grandes villes, ou considérées comme telles à leur époque et dans leur espace. Ce sera donc par l’identification de la portée des flux d’attraction déclinés en grande catégories (politique, économie, religion, culture, entre autres) que la centralité va se révéler. Et, à partir de ces liens, il sera possible d’appréhender une cohésion territoriale avant la lettre, tant par la mise en œuvre d’une stratégie politique de construction du territoire, que par des initiatives communautaires plus informelles. S’agissant d’un projet exploratoire, ce n’est pas l’approche exhaustive d’un territoire donné qui est visée, mais la multiplicité chronologique et spatiale de points d’observation. C’est ainsi que sont analysées des unités urbaines situées au Portugal, en Espagne, en France et dans les territoires américains qui furent des colonies de ces pays à l’époque moderne, comme le Brésil, les Antilles, la Colombie ou l’Argentine. La constitution d’une équipe pluridisciplinaire, composée d’historiens et historiens de l’Art, spécialistes de la période médiévale à nos jours, d’architectes, urbanistes et de géographes est un atout pour la faisabilité du projet.